Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

mardi 12 avril 2011

Comment leur dire...? - Colère contre une injustice et une marginalisation en société

Arnaud FIOCRET - 2010
"La nature est une oeuvre d'art, mais Dieu est le seul artiste qui existe, et l'homme n'est qu'un arrangeur de mauvais goût." 
Georges Sand, François Le Champi.

Ainsi démarrent mes interrogations et comment dès lors, je conclu avec délicatesse ma perception depuis ma plus tendre jeunesse de ce monde d'ici-bas incroyablement bien conçu et qui m'accompagne à chacune de mes réflexions...

Comment leur dire que pour moi, la photographie, c'est plus profond que de la photo ? Comment leur dire que la photo, c'est avant tout un ressenti et une conviction, avant d'être de la technique ? Comment leur dire qu'une vache pour moi, c'est parfois beaucoup plus riche et plus instructif qu'un être humain ? Comment leur dire que mon espace intellectuel s'apparente à des sonorités harmonieuses, à des images, à des odeurs agréables, à des émotions obsédantes, dans lequel la logique arithmétique ainsi que les nombres sont presque toujours lettre morte ? Ils ne comprendraient sans doute pas où je veux en venir dans ma démonstration. Les chiffres n'ont jamais eu une grande valeur sentimentale pour moi donc ils ne me parlent absolument pas, au point que la valeur même de mon Quotient Intellectuel à trois chiffres n'a que peu d'importance à mes yeux. C'est ma sensibilité profonde qui me guide mais certainement pas un nombre ou ce que j'ai pu déchiffrer dans les livres. Ce que j'ai pu découvrir dans les livres n'est que matière à extrapoler les pensées de ce que mes yeux et mon esprit perçoivent réellement.

Comment leur dire que mon cerveau fonctionne sous un mode de fonctionnement particulier où les émotions sont impulsions créatrices et non sur la seule base d'acquis découlant de mon expérience ? Comment leur dire qu'il faut que je porte de l'importance pour un sujet pour que mon potentiel se mette aussi tôt en route ? Comment leur dire tout simplement que mon mode de pensée et mon comportement psycho-affectif feront toujours de moi un "esprit tordu", égaré au milieu d'une jungle qui ne m'apportera peut-être jamais la sensation d'être tout à fait à ma place et d'être satisfait de moi ?

Comment leur dire qu'il n'existe pas pire pour moi que la sensation d'ennui que très peu de personnes seront capables de dissiper, en me fournissant exactement matière à me sentir investi d'une mission motivante ?
Travailler pour travailler, utiliser des compétences pour utiliser des compétences, je ne sais pas ce que cela veut dire et c'est un plat auquel j'y trouve vraiment trop peu de saveur pour faire de moi un homme satisfait de ce que mon cerveau réclame réellement.

Pour reprendre à mon compte la maxime de Georges Sand, la nature m'a conçu ainsi, zèbre ou végétal sauvage, avec mes particularités, oeuvre d'art de Dieu comme tout être humain qui naquit sur cette orange bleue et l'homme a toujours eu pour mauvais goût de vouloir arranger les gens "hors normes" à son image, en essayant de les faire tous rentrer dans le même et unique tiroir de sa conception, surtout dans ce monde où on cherche à calibrer les êtres humains comme on calibre la taille de pommes de terre selon la norme internationale des échanges commerciaux. Or, je ne suis que oeuvre de la nature, aussi parfait et imparfait je suis, je n'ai pas à subir les goûts envahissants de règles arbitrairement établies, sous prétexte simplement que je ne correspond pas au calibre normalement établi.

Aussi, comment leur dire finalement à tous ces braves gens que ma rébellion ainsi que déception vis à vis de ce monde est importante ? J'ai autant aimé l'école pour le savoir immense qu'on pouvait y trouver ; Autant détesté l'école pour la médiocrité de certains petits esprits mesquins qui pouvaient s'acharner à me piétiner ! De guerre lasse, c'est finalement d'avoir appris vers mes 15 ans à jouer le pitre avec la sonorité si particulière de certains mots que j'ai pu me faire considérer au sein de cette sphère de "normo-pensants" dans laquelle je me retrouve guère.

Suis-je un esprit hautain et détestable ? Comment leur dire à ces heureux simples d'esprit que la véritable élévation de l'espèce humaine consisterait très justement à dépasser la logique d'identification à la culture majoritaire pour favoriser la réciproque culturelle entre individus ? Comment leur dire que mon attitude n'est que répercussions de leurs propres attitudes hautaines ainsi que hostiles à me considérer comme élément "nuisible" dans la composition de cette grande soupe sociale ?

Aujourd'hui, je ris beaucoup de cette médiocrité humaine au lieu de m'épuiser à la combattre, pour justement ne pas en pâtir et ne pas avoir à en pleurer. Percevoir ce que les autres ne perçoivent pas, se poser des questions infinies sur des sujets tout à fait insignifiants pour les voisins de table, c'est la très douloureuse rançon de la douance. Des fois, je préférerai ne pas sentir et finalement ne pas comprendre ce que mes cinq sens exacerbés captent en permanence. D'ailleurs, l'information nationale ainsi que internationale, les débats entre personnes illuminées, les émissions culturelles, ont atteints un niveau de médiocrité tel à mon esprit que je ne puis supporter de regarder le petit écran. J'ai toujours été une personnalité active et l'inactivité même, qui consiste à la consultation d'un programme télévisuel m'est devenu insupportable, surtout quand on mesure le niveau de manipulation ainsi que de désinstruction que l'on tente d'introduire dans nos cerveaux.

En somme, comment leur dire à quel point je souhaite faire preuve d'intelligence sociale pour ne pas paraître désagréable ?...L'intérêt de la photographie étant finalement de faire passer mes messages et mes pensées en laissant chacun en tirer ses propres conclusions, ce qui évite bien des incompréhensions et accrochages avec autrui. Cela m'évite d'avoir à me justifier en permanence sur mes choix et opinions, ce qui n'est pas plus mal car j'ai trop souvent besoin de calme méditatif...

1 commentaire:

Maskeren a dit…

Bonjour, j'ai effectivement découvert votre blog lors d'une de mes errances sur le web, à la recherche d'articles traitant de la douance et des difficultés qui en découlent, et je dois dire que le propos tenu dans ce texte trouve chez moi un écho particulier.

J'ai découvert il y a un peu plus de 2 ans que j'étais "surdoué", le diagnostic ayant également révélé que je présentais un TDAH.
Je me retrouve vraiment dans cet article, et j'aimerais savoir comment vous avez surmonté les contraintes liées à cette condition de "surdoué".

Etant moi-même entré dans une école d'ingénieur cette année, je suis particulièrement intéressé par la façon dont vous avez abordé les études supérieures.

Messages les plus consultés