Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 35 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

dimanche 1 mai 2011

Evolution de la pensée créative de l'enfant HP vers l'adulte créateur

http://www.altavox-paca.com/
Parallèlement à mes recoupements entre le livre de Jeanne SIAUD-FACCHIN et ce que j'ai pu apprendre sur le système immunitaire humain (voir essai précédent), l'ouvrage de Pélagie PAPOUTSAKI a finalisé mon chemin vers une certaine compréhension de ma façon de vivre mon haut potentiel intellectuel depuis sa découverte en 1994, en empruntant un troisième canal de réflexion déterminant. Son ouvrage n'a fait que renforcer cette possibilité pour moi de pouvoir m'accepter comme je suis et de pouvoir surtout me rassurer sur la pérennité de ce potentiel "hors norme" à l'âge adulte.

En effet, en complémentarité de mon classement parmi les adultes HP ayant opté pour l'intégration dans le cadre de la société en choisissant la passivité et la banalité, j'ai constaté que cette inquiétante sensation d'avoir été abandonné par ma douance relève tout simplement de l'illusion produite par l'évolution du processus créatif avec l'âge auquel je n'étais pas éveillé. Vivre la douance à 12 ans, ce n'est effectivement pas comme la vivre à 28 ans car avec seize années d'écart, mon cerveau d'adulte créateur à haut potentiel a commencé à migrer dans sa façon d'exprimer ses capacités. Ainsi je fus fasciné par le conte des trois princes de Serendip, analysé par Pélagie PAPOUTSAKI et qui fait écho à ma propre enfance puis propre jeune vie d'adulte surdoué.

Un enfant surdoué s'illustre toujours par l'absorption d'une masse énorme de connaissances, rendue possible par une mémoire étonnante, une boulimie de savoir ainsi qu'un esprit excessivement curieux que l'on retrouve fréquemment dans l'enfance de ces petits êtres "hors normes". Puis, vers 20-22 ans environ, devenu adulte, dans la pure logique du processus créatif, il cesse d’emmagasiner des connaissances et passe dans le processus des expérimentations (la pratique sur le terrain des sujets qui le fascinent), seule issue possible pour que la sérendipité de l'individu HP puisse espérer un jour accoucher d'un produit créatif. J'ai remarqué que c'est à travers le même développement intellectuel que ma vie adulte s'est orientée autour de mes 21 ans.

Le processus créatif s'illustre par des stades "quadriphasés" (préparation-incubation-illumination-vérification). L'enfance de l'être à haut potentiel intellectuel est la phase primitive de préparation qui s'illustre par cette fameuse absorption énorme de connaissances préliminaires. A partir de l'âge adulte, sauf cas de très exceptionnelle précocité, on passe aux phases d'incubation puis d'illumination au travers de l'exploitation de cet immense savoir qui conduisent au produit créatif pour l'adulte à haut potentiel.

L'autonomie des quatre traits (préparation-incubation-illumination-vérification) est indispensable à l'épanouissement et maturation du processus créatif chez le surdoué (enfant comme adulte). C'est dans ce domaine bien précis que j'ai subis de plein fouet le rouleau compresseur d'un monde extérieur hostile à mon autonomie et développement. C'est dans ce domaine précis que l'éducation nationale m'a coupé les ailes pour me faire rentrer coûte que coûte dans un moule mais le moule était toujours trop petit pour que j'y rentre. Très loin d'être stimulé, le développement de mon processus créatif a été restreint par cet environnement externe fort hostile. C'est depuis 2007 que je me bats pour conserver cette autonomie créative. Je n'arrivais pas à me l'expliquer concrètement mais pour refaire un petit crochet par le livre de Jeanne SIAUD-FACCHIN, cela explique ma perte brutale de certains idéaux et de certains objectifs autour et depuis cette période, année qui marqua le début de pressions énormes extérieures d'un environnement qui ne comprenait rien à cette nécessité d'autonomie créative. 

Pour me préserver, j'ai alors par intuition, mécaniquement, à travers ma résilience naturelle d'adulte HP face à l'adversité, mis au point une stratégie pour parvenir à continuer à créer en m'écartant des freins éventuellement rencontrés sur ma route. On retrouve très précisément ici ma capacité depuis l'enfance à compenser toutes les sortes de peaux de banane que la vie peut m'envoyer dans les jambes. C'est donc depuis cet instant précis (été 2008) que ma carrière photographique a réellement trouvé sa porte de sortie pour exploser car j'ai été contraint d'étendre mon autonomie sur le plan de la mobilité pour la "survie" de mes capacités "hors normes", certainement la réaction logique d'auto-défense de mon haut potentiel face à une agression extérieure représentée par un conformisme que je fuis depuis toujours comme la peste. Rester moi-même en luttant contre le phénomène de mode, contre toutes les sortes de moules dans lesquels on cherche à me faire entrer, tel est mon naturel lorsque me voilà sorti de la jungle professionnelle ou de celle de la société, investi par cette obligation maladive et impérative de création.

En sortie de cette "maladie" d'une semaine découlant d'un déficit de mon système immunitaire, trouvant réponse et illumination avec l'enrichissement de mes lectures, je me suis retrouvé au bout du chemin en phase avec moi-même, en phase avec ce fabuleux potentiel offert par la nature, me reconnaissant totalement dans ce double anti-conformiste qui caractérisent l'enfant surdoué ainsi que les adultes créateurs éveillés par la douance et cette arborescence intellectuelle si particulière.

Je peux dire que ce week-end, encore bien stérile en photographie, fut au contraire l'occasion de percer enfin le brouillard épais de ce que j'avais voulu oublier, dans lequel je m'orientais par méconnaissance depuis trop longtemps. Se reconnaître enfin dans un schéma, retrouver confiance et estime en soi, tel est le moteur d'un renouveau spirituel et d'un système immunitaire efficace. Aujourd'hui, j'en suis sûr...Qui j'étais ? Un enfant à haut potentiel qui absorbait foule de connaissances ; Qui suis-je devenu ? Un adulte créateur qui expérimente ses connaissances, vacillant entre passivité dans le conformiste social et épanouissement dans mon monde sans portails, ni clôtures...

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés