Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 35 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

samedi 28 mai 2011

Spiritualité, mécanismes attentionnels et le surdoué

La grande majorité des personnes au Q.I situé entre 80 et 125 (70%) composant la société sont des individus qui se prédestinent uniquement à une carrière professionnelle classique découlant exclusivement de leur mérite à avoir travaillé parfois très dur durant de très nombreuses années d'études et avoir obtenu leurs examens. Ils sont conditionnés par le mode de fonctionnement du cerveau gauche majoritaire. Quand on franchit la barre fatidique des 125 points de la courbe de Gauss, les individus commencent à changer très sensiblement de manière de penser (de "fonctionner" aussi !).

Les personnes à haut potentiel (ou surdouées) ne pensent plus avec l'esprit analytique mais avec leur coeur, pour ainsi dire avec une émotion, sensibilité et empathie, bien plus supérieures que la normale, qui prend le pas sur l'unique esprit analytique. Ce changement fondamental de pensée produit des êtres très critiques envers le monde dans lequel ils vivent pouvant parfois s’affronter très violemment au cadre, souvent solitaires avec une véritable aliénation dans de nombreuses passions insolites, au raisonnement environnemental accru et forcément donc une tendance au développement très précoce d'une très vive spiritualité

Comment dans cette seule condition imaginer un surdoué suivre bêtement comme un mouton, en ligne droite, une carrière professionnelle classique ? C'est tout simplement mission impossible...Soit c'est la dépression, soit c'est l'ennui, soit c'est l'exil intérieur. L'enfant/adulte à haut potentiel, à grand renfort de spiritualité, visera toujours des sommets dans ce qu'il entreprend. Sa vie consiste à éclairer les autres et apporter sa pierre à l'édifice du monde mais certainement pas à faire bêtement carrière sur une trajectoire étriquante. Dans tous les cas, étant personnellement passé par de nombreuses "pathologies" liées à la douance, je suis en position d'affirmer que l'intelligence très supérieure n'est pas facile à vivre, surtout à l'adolescence d'une façon générale, période durant laquelle la différence de fonctionnement intellectuel est la plus visible par les centres d'intérêts du surdoué qui ne "collent" pas du tout avec la recherche d'identification de la jeunesse majoritaire.

En 1999, alors âgé de 16 ans, en seconde année de CAP/BEP, je me suis souvenu ainsi débattre d'un sujet libre en rédaction. J'avais choisi de m'aventurer sur les dégâts de la société de consommation ciblés très précisément sur ce que j'avais nommé "l'amour par consommation". En somme, nous pourrions parler de philosophie de l'amour. Je n'ai jamais lu de livres sur le sujet, pourtant j'ai toujours manifesté une très haute exigence, finesse et interrogations innées particulières dans ce domaine, guidé par une farouche intuition me conduisant à l'anticonformiste permanent. L'amour, sentiment d'attachement et d'affection, pouvant prendre de nombreux aspects (du plus noble au plus pervers) est à lui seul un chapitre incroyablement spirituel.
Les domaines de l'affectif et de l'émotif m'auront guère épargné en souffrances, dans le public comme le privé, au point que tout à fait lucide sur ma fragilité, je n'aurais jamais joué à me faire peur en me jetant dans les bras de n'importe quelle femme ou à me dévoiler à autrui. Mais le temps faisant son oeuvre, j'ai compris que ce pudique dévoilement pouvait être occasion d'aider certains autres surdoués à se sentir moins "idiots". A ce jour, seulement à deux femmes formidables, j'ai réellement confié mes fragiles entrailles car leur atypique sensibilité me renvoyait en miroir à mes propres anxiétés. L'affectivité est l'aspect le plus boulonné de ma personnalité derrière une lourde armure pour ne plus ressentir l'intensité des messages envoyés par mes cinq sens. Les rares fois où j'ai osé m'aventurer sans protection, dévoilant enfin ma bien charmante hypersensibilité, mon affectivité a été fort lourdement mise à mal et j'ai mis parfois plusieurs mois à m'en remettre. Parfois, au hasard de la vie en société, mon hypersensibilité (à la fois richesse et fragilité) repointe le bout de son nez, tel un aiguillon.

Spiritualité ? Un mot de la langue française qui porte une définition profonde car il symbolise finalement le moteur primaire de toute création géniale, de ce qui semble clairement différencier l'homme de la bête. Or, dans notre société d'aujourd'hui, capitaliste, journalistique, prometteuse de l'apparence à outrance, il convient de savoir faire preuve énormément d'abstraction pour que les lumières de l'esprit reprennent une place prépondérante dans ce monde finalement...Bestial !...Dans lequel on se plaît même à créer des émissions pour démocratiser le culte du positivisme pour favoriser l'aveuglement sur l'immatériel.
La spiritualité est d'ailleurs tant maltraitée, tant minorée dans notre instruction civique que la plupart des personnes limitent ce mot à l'unique notion religieuse alors qu'il est tout ce que le génie humain se doit de produire à mieux avec sa matière gélatineuse, c'est à dire ouverture sur le monde, ouverture sur l'autre et créativité foisonnante de l'esprit. Médusé par une matérialité atroce, le surdoué est encore celui derrière une façade parfois humoristique ou détachée, qui semble pouvoir exprimer le mieux sa différence (dans le cadre ou contre le cadre de la pensée commune) consistant à pouvoir dissocier très aisément les oeuvres de l'esprit face au règne absolu de la possession.

Comme tout adulte à haut potentiel, je regarde ce monde attristant avec terreur au travers du filtre d'un ensemble de croyances qui s'attachent aux valeurs spirituelles les plus vastes. Toutes les grandes civilisations du monde sont ou furent ainsi le berceau d'un grand nombre de manifestations de la spiritualité plurielle :

  • Philosophie
  • Religion
  • Sociologie
  • Mythologies

Même s'il existe dans toutes les catégories d'êtres vivants, des bons comme des mauvais, il existe une tendance au fait que spiritualité rime avec un devoir de rigueur dans la moralité pour les personnes aux aptitudes intellectuelles hautement élevées. Science du bien et du mal, j'y retrouve ici les différents ingrédients d'éthique vers des principes ascensionnels pour le bonheur et l'épanouissement de l'individu.

Au détour de l'arborescence folle de ma pensée, les liens se multiplient actuellement entre mythologies, philosophie et mes pratiques photographiques. Bientôt, je le sais, je vous reviendrai avec de nouvelles découvertes intellectuellement exaltantes. Mon potentiel était une momie qui semble sortir progressivement d'un profond sommeil ; Du rebord de son sarcophage, celle-ci a revu la lumière et développe de nouvelles pousses tel l'arbre de la vie. Pendant les quatre dernières années, je me suis enfermé dans la sphère trop étroite de l'unique pratique photographique néfaste pour ce potentiel immense, j'ai sous-estimé l'apport essentiel à ne pas négliger de spiritualité dans l'artistique, bien qu'ayant toujours suivi la très sincère démarche humaniste d'une observation admirative et protectrice des agriculteurs.

On retrouve ici très concrètement les particularités des mécanismes attentionnels de l'enfant/adulte surdoué. Je ne sais pas faire une seule chose à la fois ! Mon cerveau peut traiter simultanément des informations en provenance de plusieurs canaux sensoriels. Pour être le plus efficace possible, c'est en musique que je le suis ce qui peut poser des problèmes en milieu professionnel car travailler sur un plan technique complexe avec le casque sur la tête, cela ne fait pas sérieux ! Si on m'oblige à couper les canaux non nécessaires pour la tâche à accomplir en me demandant, même gentiment d'enlever mon casque, c'est la coupure intégrale de l'ensemble de mon système de pensée ! Je perd mon attention et je me disloque alors dans mes rêves.

Les idées les plus géniales me sont presque toujours parvenues en écoutant de la musique. Le CD musical vient de se clore alors que je suis à la recherche d'une idée...L'idée ne sera pas trouvée ! Au cours de mes études technologiques, tous mes exercices, tous mes dossiers techniques emblématiques ont ainsi été rédigés dans une ambiance totalement musicale...Des résultats brillants !

Je sais aujourd'hui que le haut potentiel n'est jamais perdu, il est programmé génétiquement comme la taille des doigts de pied ; il dormait juste quelque part sagement à l'ombre et attendait de nouvelles stimulations de l'environnement par un nouveau projet enivrant. Comme pour les différents canaux sensoriels, j'ai intégré que pour que mon potentiel se porte bien, il me faut au moins entretenir deux ou trois passions différentes en même temps mais pas une seule !
Jeanne Siaud-Facchin : "un élément efficace est constitué par les stimulations intellectuelles". Bien que n'étant absolument pas en dépression depuis toutes ces années, ayant toujours eu des projets (dans ma sphère personnelle, je ne connais absolument pas l'ennui - Professionnellement, c'est beaucoup plus discutable), le but était encore que je parvienne à sortir du cadre étriqué de la passivité afin de réamorcer ces idéaux fous du passé générés par un hémisphère droit déraisonnable mais surtout, cette curiosité d'enfant autrefois insatiable pour me propulser dans de nouvelles perspectives, mêlant du savoir nouveau à un talent avéré de longue date...

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, je souhaiterai entré en contacte avec vous, bien que votre texte je le comprends totalement, il est claire net et précis. Merci, d'exister j'ai énormément à apprendre de mes ainés, je souhaiterai battir quelque chose car les écrits restent, là ou les paroles disparaissent. C'est au sommet de la montagne que l'on se sent le plus seul, qui que je sois ce n'est pas important, mais je souhaiterai atteindre votre montagne, afin de devenir un de vos disciples spirituelle, j'ai aujourd'hui 19ans je constitue la nouvelle génération. Ne vous inquietez pas ce que vous savez est important pour moi, là ou je pensais ne plus interragire, les gens m'ont appelé ils ont prononcé mon nom, j'existe. Laissez moi un contacte, et discutons si vous pensez réelement avoir le besoin de laisser quelque chose ici, transmettez !

Anonyme a dit…

J'ai cette sensation énorme que j'aurais pu écrire ces mots.
Merci. Je découvre ton blog avec grande joie.

nathanaél a dit…

Bonjour. Je me retrouve totalement dans ce que vous évoquez. J ai 37 ans et c est en faisant des démarches pour mon fils précoce que l on ma détecté cette année. Un choc et une évidence. Néanmoins, la souffrance ressentie depuis de trés nombreuses année est exacerbée car je ne peux faire les choses pour moi! J ai 2 enfants, un conjoint, un boulot et des factures à payer! Je suis enfermée dans cette réalité que je subie car je ne suis pas seul. Mes choix ont un impact sur les autres! Cela me tétanisectotalement méme si je sais que au jour d aujourd hui, ma vie ne peux se résumer à cela. J adore mes enfants mais ma vie ne me convient absolument pas. Je me force et je n en peux plus. La mort m attire car me semble la seule solution! Je vis sur l ile de la Reunion dans l océan indien et chez nous, tout ce volet HP adulte est encore mal accompagnée. En métropole cela commence à étre développé. Bref, j ai envie de faire des choses ici piur m aider et aider les personnes comme moi. Cela se fera au détriment d autre chose!

Cédric Jégou a dit…

Cher Arnaud,

Ce que vous décrivez n'est pas le propre des surdoués. Si j'ai pu de culture philosophique universitaire, la vie s'est chargé de m'enseigner qu'ainsi que l'écrivait Wittgenstein :

« On ne cesse d'oublier d'aller jusqu'au fondement. On ne pose pas assez profond les points d'interrogation ».

Le vrai questionnement est libérateur, et il a son origine et sa réponse non dans un acte de réflexion, intellectuellement, mais dans un acte intense d'attention, de présence à la vie.

La pensée quant à elle, n'est jamais dans son usage habituel qu'une répétition du passé.

Un livre qui s'intitule "la conscience a-t-elle une origine ?" de Michel Bitbol qui donne à comprendre que non seulement les sciences, contrairement aux affirmations des uns et des autres, n'ont pas pu ne serait-ce qu'approcher le mystère de la conscience, mais que la conscience, au contraire, explique toute démarche scientifique (et philosophique) comme source de tout questionnement, et que l'état de conscience du chercheur, quelque soit son domaine, induit ses découvertes et ses conclusions. Comme en philosophie d'ailleurs.

Krishnamurti, ce grand penseur au sens vrai du terme, a essayé d'éveiller ses contemporains qui, croyant être conscients, dormaient pourtant comparé à la vie que lui-même connaissait et qu'on pourrait appeler : la vie absolue.

Je livre à votre réflexion l’un des entretiens qu’il a eu :
Carlos Suarès : Alors, qu'est-ce que cette mutation dont vous parlez tout le temps ?
Krishnamurti : C'est une explosion totale à l'intérieur des couches inexplorées de la conscience, une explosion dans le germe ou, si vous voulez, dans la racine du conditionnement, une destruction de la durée.
Carlos Suarès : Mais la vie même est conditionnement. Comment peut-on détruire la durée et ne pas détruire la vie elle-même ?
Krishnamurti : Vous voulez réellement le savoir ?
Carlos Suarès : Oui.
Krishnamurti : Mourez à la Durée. Mourez à la conception total du Temps : au passé, au présent et au futur. Mourez aux systèmes, mourez aux symboles, mourez aux mots, car ce sont des facteurs de décomposition. Mourez à votre psychisme car c'est lui qui fabrique le Temps psychologique. Ce Temps n'a aucune réalité.
Carlos Suarès : Et alors, que reste-t-il, si ce n'est le désespoir, l'angoisse, la peur d'une conscience ayant perdu tout point d'appui et jusqu'à la notion de sa propre identité ?
Krishnamurti : Si un homme me posait cette question ainsi, je lui répondrais qu'il n'a pas fait le voyage, qu'il a eu peur de passer sur l'autre rive.

Parce qu'il se sentait concerné par le monde et les hommes, Krishnamurti n'a cessé de les appeler à ouvrir les yeux sur les conditionnements dont ils sont victimes, réduisant leur vie à peau de chagrin, pour les inviter à la seule révolution qui puisse changer le monde : la révolution intérieure et personnelle.

Très lucide cependant, il disait que parmi les milliers de personnes qu'il avait rencontré, anonymes ou personnalités, très peu se sentaient concernées réellement par ce changement pourtant indispensable. Il savait que très peu l'avaient compris, et encore moins voire personne n'avait accéder à la conscience qu'il avait essayé de partager, la vraie conscience - conscience consciente d'elle-même - où intelligence et amour coïncident parfaitement.

En toute amitié et égalité,
Cédric

Eliane a dit…

Bonsoir Nau-nau ; Bordel de bordel, quelle logorrhée de mots, quelle masturbation intellectuelle ! Que c'est dur à décrypter un cerveau qui se branle devant l'assemblée médusée de ses neurones ! Vous me faites penser à un des anciens directeurs de la Société Legrand ; on disait de lui "qu'il aimait sentir la fraîcheur du vent passer sous sa queue" !

In fine, votre article, fade à en mourir, n'est pas le moindre du monde révoltant car je ne suis pas persuadée que vous êtes un surdoué ... ni même un doué d'ailleurs.

Bienheureuses sont les femmes qui vous ont évitées, elles ne savent même pas ce qu'elles ont pu éviter.

C'est cela ! Que la providence dans sa munificente sagesse fasse que l'on vous évitât encore.

Sans rancune bien sûr (on ne tire pas sur une ambulance),

Eliane

Eliane a dit…


Cher HQE d'opérette ... je parie à 10 contre 1 (dix mois de ma paye de cadre supérieure contre un mois de votre paye minable) que vous ne publierez pas mon commentaire, parce qu'il est bien trop pertinent vous s'agissant.

Si vous avez un tant soi peu de neurones en état de fonctionner (après tout, cela est possible, statistiquement parlant), vous comprendrez peut-être ... dans bien un temps lointain (ou peut-être même jamais), que c'est avec empathie et compassion pour votre misérable être que je vous ai adressé ce message, dérangeant de prime abord.

Bonne digestion neuronale, si vous le pouvez !

liane

Anonyme a dit…

Je vous remercie pour cet article très intéressant en ce jour difficile.

Atteinte du même "syndrome" que vous, il y a des jours avec et des jours sans durant lesquels on se sent heurté par les autres et où on a l'impression de ne pas trouver sa place.

Je souhaite également à Eliane de pouvoir sortir de ses comportements toxiques qui la coupent de la réalité.

Anonyme a dit…

Même si globalement j'éprouve ce que vous écrivez, j'ai du mal avec certaines tournures dans lesquelles je ne me retrouve pas. Exemple : "Les personnes à haut potentiel (ou surdouées) ne pensent plus avec l'esprit analytique mais avec leur coeur, pour ainsi dire avec une émotion, sensibilité et empathie, bien plus supérieures que la normale, qui prend le pas sur l'unique esprit analytique." Eh bien moi, je ne supprime pas l'analytique pour autant. Parce que je trouve que s'en priver, c'est passer à côté d'un super outil. L'enjeu chez moi est de permettre l'articulation des deux. Le "ne pensent plus avec l'esprit analytique" me semble donc erroné. Car ne penser qu'avec son coeur, c'est s'amputer d'une belle part de notre humanité, qui nous permet de faire des choix raisonnés. Bref, ce n'est pas parce que j'ai découvert les joies du coeur que je vais priver mon être de la saine réflexion. Dis-je, après avoir testé ce que ça fait de n'écouter QUE son coeur... et QUE sa raison :D Mais cette remarque n'enlève rien à la justesse de votre article.

Antoine carrée a dit…

Bonjour à tous! merci pour cette " confession" écrite avec le coeur.

Pour reprendre les divers commentaires et le texte d'origine, je suis d'accord sur le fait que l'esprit analytique est important mais selon moi il doit être couplé avec ce que tu appelles le coeur, l'instinct, l'intuition, toutes ces "sensations" ou "sentiments" qui échappent au fonctionnement logique.
Comme tu l'as dit dans ton texte l'amour permet d'élargir le champ des possibles et personnellement c'est vers ce concept d'amour que j'axe mon évolution spirituel.

Merci aux personnes qui laissent des commentaires constructifs et laisse une empreinte positive, quant aux autres enfin plutôt l'autre qui viens de gerber sur cet écrit, je te chie dessus ma merde est bonne! et c'est avec le coeur que je te dit ca.

C'est pas possible de voir des gens pareils laisser des commentaires aussi violent. tu te dit cadre sup et bien je pense au vu de ton commentaire acerbe et dénué d'intelligence que tu as raté ta vie au sens où je l'entends... Tu seras prié de dégueuler sur d'autres personnes que tu jugeras certainement infèrieure à toi et de laisser tranquille les personnes qui témoignent de leurs ressenti honnête et qui veulent partager au lieu de diviser.

Petit conseil si tu veux évoluer dans ta vie: travaille sur ton égo ;)


Théia Reihtuag a dit…

Bonjour à tous ceux qui me lise.

J'ai effectué un éveil spirituel conjointement à avoir appris ma condition de 'HP' C'est récent

J'avais déjà des doutes ( ayant renié ce truc là toute mon existence ) et lorsque j'ai compris, l’éveil spirituel s'est complété. Mon âme riait et pleurait, mais était parfaitement lucide. C'était beau, pur et rationnel, enfin, notre définition de rationnel. Mon âme brûlait de mille feux et se consumait.

On peut penser que s'apercevoir d'être HP a amené l'eveil spirituel ? Mais en fait c'est également l'inverse.

Il n'y a pas de distinction entre "Intelligence" et "Amour de toute chose"

Pour ceux qui sont dans le même "état" que moi, ce que je viens dire fera forcement sens.

Si certains veulent compléter cette théorie, je les accueillerai avec une vraie joie

Anonyme a dit…

Bonjour,
je pense être surdouée (j'en ai tous les symptômes) et après des années de carapace toute ma sensibilité et mes émotions réprimées ressortent et ce n'est pas facile...
Du coup je recherche quelques soutiens ou vécus similaires.
J'ai l'impression que ce qui peut donner un sens désormais est plus profond... la spiritualité. Quelque chose de pur dans lequel mon idéal puisse se retrouver, et transcender tout ce que j'ai du mal à vivre dans la réalité.
C'est peut-être cela le chemin, de retrouver notre être.
Quant à Eliane qui a réagi à votre article, je ne sais si c'est une personne réelle mais elle est bête comme tout (si je peux m'exprimer ainsi aussi basiquement), puisque l'on parle de l'intelligence il est des personnes très beauf et incultes qui ont un égo qui finit par les rendre très cons.
C'est à cause de ce genre de personnes fermées que des personnes sensibles comme nous ont pu souffrir car elles renient notre personnalité... par manque d'ouverture d'esprit et ce qu'elles interprètent comme de l'arrogance, alors que ce n'est qu'un miroir de la leur...
Merci en tout cas et bonne route.

Messages les plus consultés