Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

dimanche 1 mai 2011

Système immunitaire et facettes inattendues de la douance

http://www.maxisciences.com
Etre un adulte à haut potentiel, c'est avant tout être aux commandes d'une machine complexe aux facettes inattendues. Etre un adulte à haut potentiel, ce n'est pas être toujours capable d'être bon conducteur de cette fabuleuse machine et d'aller des fois dans le mur. Au travers de mon propre vécu d'enfant et d'adulte, au travers des lectures des livres de Cécile BOST, Jeanne SIAUD-FACCHIN ou bien encore Pélagie PAPOUTSAKI, j'ai fini par faire un sérieux éclaircissement sur ma personnalité atypique par recoupements.

Il y a peu, mon système immunitaire a été profondément affaibli par tout ce passé que j'ai remué par mes lectures mais aussi par ce que j'ai vécu, il y a quelques mois (essai précédent). J'ai ainsi réalisé qu'il ne faut jamais sous-estimer ce que l'on se prend dans la figure. La douance permet une résilience supérieure face à l'adversité mais cette résilience peut fléchir dramatiquement lorsque la pression est vraiment forte. A ce moment, la conséquence directe est la maladie (ponctuelle ou de peau). Sur le coup, on encaisse et on semble tenir bien la pression mais vient le jour où le corps nous interpelle que l'on a été vraiment touché intérieurement durablement par l'adversité. Il convient alors de faire une coupure importante pour favoriser la régénération du potentiel temporairement abattu par l’évènement.

J'ai ainsi relevé à travers le livre "Trop intelligent pour être heureux ?" de Jeanne SIAUD-FACCHIN que entre l'enfance et l'âge adulte, je suis passé par les trois stades de la douance, à savoir celui qui s'affronte au cadre, puis celui qui évolue sans cadre et enfin, celui qui parvient à accepter le cadre. Sans ordre vraiment logique, les stades d'affrontement au cadre et d'évolution sans cadre, se sont souvent manifesté successivement jusqu'à un âge avancé (jusqu'à mes 25 ans, en 2008). On peut dire que c'est seulement à partir de la fin 2009 que je suis un adulte à haut potentiel qui est parvenu à accepter le cadre (sous conditions préalables malgré tout).

Je peux être rangé depuis quelques années dans la catégorie des adultes HPI que Jeanne SIAUD-FACCHIN qualifie à la page 142 de son ouvrage de "sages" ou la passivité dominante. Je suis écoeuré par ce que je ressens, ce que je vis, ce que je vois notamment comme bassesse à la télévision ou dans mon environnement immédiat. Ecoeuré par un vécu et injustice familiaux. J'use d'un humour particulier pour me fondre et de pas faire parler mon désespoir profond aux yeux des autres. Je n'ai plus envie de lutter, plus envie de me rebeller. J'ai choisi d'accepter pour le meilleur et pour le pire. Je vis, contrairement à l'enfance, sans grands espoirs, sans grands idéaux, sans projets fous. J'ai l'impression que ma douance m'a abandonné alors qu'elle est bien là, elle veille sur moi pour le meilleur comme pour le pire. Je ne peux pas dire que je suis malheureux mais je ne suis pas vraiment heureux non plus. J'ai adopté la philosophie simple qui consiste à profiter de ce que j'ai et de ne pas chercher plus loin. Je souffre d'une frustration lancinante mais étouffée par ma lucidité, certaine forme de courage et non de lâcheté. C'est un choix conscient pour ne pas trop souffrir qui découle sur une vie banale.

Comme ces adultes à haut potentiel intellectuel qui ont choisi cette voie d'intégration, qui sont parvenus à s'adapter pour parvenir à fonctionner dans le cadre malgré leurs handicaps et à s'en satisfaire, j'ai fini par me faire "rattraper" par mon fonctionnement "hors norme" il y a quelques mois à un moment de ma vie où je me suis retrouvé beaucoup plus fragilisé par une rencontre déterminante qui m'a abattu. Davantage que les années précédentes, en cette année 2011, je traverse actuellement silencieusement des moments difficiles ainsi que d'épreuves à surmonter, extrêmement stressants ; Deux forces intérieures sont alors vouées à s'opposer violemment : Ma force adaptative et ma force sensitive, propre à mon fonctionnement d'adulte à haut potentiel intellectuel. Je traverse actuellement la douloureuse phase de la perte de confiance en moi et en mes capacités ; Une perte de mes repères en quelque-sorte, le sentiment inquiétant d'avoir perdu une roue essentielle du carrosse en chemin.

J'ai compris que en cette année 2011, mon destin ne me laissait pas le choix pour mon bien-être et pour mieux vivre. Il convient pour moi de mieux me comprendre et d'aller vers un nouveau bond de réussites éclatantes à condition d'opter pour des réaménagements profonds de la structure de ma personnalité : revoir la représentation de moi, mon identité, mon fonctionnement social ainsi que mon environnement affectif. C'est d'ailleurs, si j'analyse les faits, rien que les faits, un bouleversement survenu dans mon environnement affectif qui me contraint à revoir complètement les concepts de ma vie.

Ce rapport de forces me dévore depuis la fin mars où j'ai replongé la tête la première dans mon passé tourmenté et sur ce que je suis authentiquement. J'avais passé un masque pour étouffer cet intime de moi, trop lourd à porter sans doute ? Mais réprimé depuis longtemps, presque oublié, ce fond intérieur a finit par resurgir avec une force inattendue dans mon quotidien suite à un évènement qui est venu m'atteindre en pleine hypersensibilité. Avec le temps, je suis parvenu à aménager ma structure de personnalité mais il est par contre impossible d'en gommer l'organisation originelle. Résultat : Mon système immunitaire m'a alerté par son affaiblissement et le virus contracté la semaine dernière, qu'il était temps de réaliser que j'étais en train de faire une authentique dépression au sens littéral du terme.

Dans le grand dictionnaire des malaises et des maladies reliés aux pensées, aux sentiments et aux émotions du psychothérapeute et conférencier émérite depuis 1978 Jacques Martel, je retrouve l'expression de cette déstabilisation intérieure par rapport à mon authentique personnalité.

Le système immunitaire est la défense d'auto-protection de l'organisme essentiel pour se protéger des agressions microbiennes comme les bactéries, les virus, les champignons microscopiques et tous les autres problèmes potentiels. Sans le fonctionnement total et complet de système, c'est la mort. En relation directe avec les états émotionnels et une profonde douleur dans l'existence, ces deux états peuvent réduire de façon dramatique sa force. Ce n'est donc pas étonnant que ma phase de dépression est d'autant plus insidieuse qu'elle s'exprime exclusivement par une chute d'immunité détectée par une prise de sang et la contraction d'un virus. Il est assez pertinent de constater que ce système immunitaire s'occupe du système de référence et donc de qui je suis, de mon individualité ou de ma personnalité. Or, c'est justement, comme nous avons pu le voir plus haut, la structure de ma personnalité qui a été ébranlée : Inutile donc d'aller chercher une explication ainsi qu'une relation ailleurs qu'ici, entre ma douance et mon immunité, tellement l'évidence est perceptible !

La proximité de la glande thymus par rapport au coeur permet de justifier la relation "corps-esprit" qui en résulte : Le système immunitaire répond aux sentiments et à l'ensemble de toutes mes pensées de colère, d'amertume, de ressentiment voire d'autodestruction qui ont tendance à affaiblir ce système immunitaire. Globalement, il s'agit synthétiquement d'une triple relation entre le cerveau, le coeur et la glande thymus. Ainsi, si ma préoccupation première est de douter de la place et du respect que je m'accorde, on peut comprendre pourquoi je sois tombé malade dans cette période de difficultés et de conflit avec moi-même.

En miroir parfait avec le travail des réaménagements profonds de la structure de ma personnalité que j'ai entamé par rapport à ma douance, j'ai pris conscience de la nécessité de m'occuper de mes sentiments de désarroi, de tristesse, de solitude, d'abandon en isolant la leçon de vie que cette situation particulière dans laquelle je vis mes émotions, veut m'apprendre. Depuis que j'ai entamé le livre "Enfant surdoué, adulte créateur ?" de Pélagie PAPOUTSAKI, j'ai redécouvert ma richesse intérieure et réappris à être bien avec moi-même en étant en mesure de retrouver une vie sociale enrichissante, basée sur de vraies valeurs et surtout notamment bâtie sur une pensée créative omniprésente...

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés