Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

samedi 17 décembre 2011

Carl Gustav Jung, le grand méconnu parce-qu'il dérange les concepts éducatifs et sociaux français

Carl Gustav JUNG est un personnage de la psychanalyse encore très largement méconnu en Europe et plus particulièrement en France. Il faut avouer tout de même le côté fort dérangeant de toute son oeuvre pour un bon nombre des concepts régissant notre système français. En cette période de fêtes de fin d'année 2011, après avoir accompli la première mise en ligne de mon nouveau site internet de témoignages et avoir tant accompli sur bien d'autres rivages (photographie, associatif, zootechnique...), je viens de reprendre le chemin de mes réflexions après cinq bons mois de gestation et je devrai de nouveau être un peu plus présent sur ce blog.

Tout d'abord, je tiens à le rappeler, JUNG était sans aucun doute un enfant "intellectuellement précoce". Au contact des multiples travaux de JUNG, j'ai retrouvé tout un fragment d'un inconscient m'appartenant très intimement. Comme moi, dés l'enfance, il se senti en perpétuel déphasage avec ses camarades de classe, à cause de nombreuses préoccupations bien plus mâtures que l'environnement scolaire correspondant à son âge physique.

Lors de sa première télévision française, le 7 avril 1984, le bien regretté Steve JOBS relatera justement les mêmes raisons faisant de JUNG, un être resté très méconnu en France et FREUD, une référence pleinement enseignée : « Il semble qu’en Europe la recherche soit d’un bon niveau. Mais les faiblesses viennent des applications concrètes, une étape qui est en elle-même une source d’innovation. Cela, je pense, vient d’un manque de sociétés prêtes à risquer pour entreprendre. Ce que nous appelons le « développement », c’est rarement les entreprises qui le font, c’est plus les petites ou les moyennes entreprises.

Alors, ce qu’il faut, c’est beaucoup de petites entreprises avec des étudiants doués, des capitaux à risque, plus efficaces entre les mains du secteur privé, et aussi des champions que l’on prenne pour modèles en disant : « L’innovation, c’est ça ! ».

Mais il y quelque chose de plus subtil, c’est le facteur culturel. En Europe, l’échec, c’est très grave. Si, en sortant de l’université, vous loupez votre coup, cela vous suit toute votre vie. Alors qu’en Amérique, à Silicon Valley, on passe son temps à échouer ! Quand on se casse la figure, on se relève et on recommence.

Ce qu’il faut pour que l’industrie informatique se développe en Europe et en France, c’est une solide industrie du logiciel. Parce que le logiciel, c’est le pétrole des années 80 et 90 de cette révolution informatique. Il faut des centaines de mini entreprises de logiciels, et la France pourrait dominer l’Europe dans le logiciel. Elle a les étudiants les plus brillants, une bonne maîtrise de la technologie. Ce que nous devons faire, c’est encourager les jeunes à créer des sociétés de logiciel. Nous, nous ne voulons pas mettre la main dessus. Le gouvernement ne doit pas non plus tenter de le faire. Elles doivent appartenir à ceux qui prennent des risques. »

Pourquoi enseigner massivement l'oeuvre ultra-prolifique de Carl Gustav JUNG alors qu'elle place bien justement  l'enseignement scolaire en France face à face à ses erreurs, ses incohérences et ses injustices ? L'éducation nationale Française pratique comme FREUD le jugement d'un individu uniquement par le passé. Pour FREUD, le passé d'un individu le poursuit toute sa vie et doit obligatoirement conditionner irrémédiablement son présent comme son futur. Au lieu de travailler à aider un élève à s'en sortir, l'éducation nationale pratique encore trop souvent la politique du matraquage ! On pourrait d'ailleurs mentionner dans ce sujet, les observations remarquables d'Alice MILLER sur le fonctionnement de notre éducation visant à briser la volonté de l'enfant par l'agression constante pour en faire un être docile et obéissant. Pour FREUD, l'inconscient est une "poubelle" pour y classer tout ce que l'on rejette au conscient mais n'a pas de caractère psychique "noble". Notre système de valeurs est ainsi bâti sur la même certitude : Un élève incompatible avec le scolaire, aux multiples échecs au début sa vie, est définitivement prisonnier de son passé et ne pourra plus jamais prétendre réussir un jour. Ce qui est très précisément dérangeant pour notre structure sociale française, c'est la façon très différente d'aborder exactement ces problématiques par JUNG.

JUNG n'appréhende pas la psychanalyse comme un système bipolaire tel que le nôtre en particulier : L'individu est sain ou il est mauvais (bon à jeter !), mais évolue plutôt tous en contrastes, considérant dés le départ la nature humaine comme imparfaite et l'existence d'un côté "dérangé" en chacun de nous. Pour lui, contrairement à un système éducatif broyant ses effectifs les plus défaillants, les culpabilisant sans cesse sur leur passé, plaçant les meilleurs sur le pied d'estale de l'exemplarité, il part du principe plutôt en l'importance capitale du futur car contrairement à FREUD, JUNG détient l'intuitive certitude d'un rôle bien plus important pouvant être attribué à l'inconscient. L'inconscient ne serait rien d'autre que le grenier de la gestation de futures nouvelles idées, appelé un jour à passer à l'état de conscience. Il est assez parlant d'étudier l'enfance de personnages tels qu'Einstein, Beethoven ou Edison dont leur futur était initialement jugé comme un échec retentissant à venir par leurs professeurs et pourtant, ils ont tous réussis ! Oui, s'en est trop : JUNG dérange par son angle de vue atypique et l'enseigner en France ne semble pas politiquement correct... Ou, tout du moins, lorsque vient le moment fatidique de le mettre au programme, on ne peut s'empêcher d'en brouiller le message le plus instructif !

1 commentaire:

Créanchanter a dit…

Bonjour,


Bravo pour ton blog, il me parle sur pas mal de sujets.
Je suis très heureux que tu aies trouver ta voie.
40 et quelques années au compteur, j'ai redécouvert ma douance il y deux
ans. Si cela m'a permis de comprendre beaucoup de mes traits de caractère,
ma façon de fonctionner, je ne suis pas parvenu à utiliser mes capacités
à bon escient, si bon escient il y a.
Je reste encore trop parasité par un bavardage intérieur incessant, des questions encore et toujours souvent accompagnées de Madame Procrastination. Je vois les choses en grand, le projet fini mais c'est comme si les étapes entre l'idée et la réalisation ne m'intéressaient pas...
Pour Jung, je lis pas mal de choses de lui depuis quelques temps et c'est juste fascinant. Ce type est un véritable explorateur de nos zones d'ombre et mériterait infiniment d'être mieux connu.

Bonne journée

Messages les plus consultés