Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

samedi 21 juillet 2012

Patrick MISSE : Les Parias d'Aubenas "collégiens surdoués"

Cela fait un petit moment que je n'avais point publié de billet sur mon blog sur la (sur-)douance car beaucoup trop occupé à gérer ma première de mes passions : La photographie. Cette année 2012 est le théâtre justement de bouleversements profonds dans cet art que je pratique maintenant assidûment depuis presque huit ans (si on prend l'année 2005 comme point de départ avec l'acquisition de mon premier reflex numérique). Depuis l'achat de mon compact expert Nikon P7100 afin de satisfaire toujours plus ma boulimie photographique en emportant désormais (en complémentarité de mes reflex) régulièrement sur moi un matériel performant, "léger" et discret, mon emploi du temps s'en trouve encore plus chargé car comme tout nouveau compagnon de jeux avec la lumière, bien que je sois bien loti en matière de potentiel intellectuel, il exige un minimum de pratique pour en tirer le maximum. Ce compact m'impose même une remise en cause importante dans la façon de penser et composer mes images car tout se passe désormais sur un écran LCD et non dans un confortable viseur optique 100% tel que celui équipant mon reflex Nikon D7000.

J'en viens d'ailleurs à travers ce constat à l'objet réel de ce billet. La pratique pour maîtriser un domaine est tout aussi nécessaire/élémentaire pour un surdoué que pour un individu "standard". Les quelques mots d'ouverture du mail de Patrick MISSE (reçu le 16 juillet 2012) est l'occasion de réaffirmer cette nécessité de se battre toujours et encore contre les nombreux mythes entourant le mot "surdoué" : Nous sommes proches. Nous avons le même objectif "vaincre les mythes sur les "surdoués"!. Le surdoué n'est pas un omniscient, tout juste est-il simplement un être très sensible à son environnement immédiat ayant une façon tout à fait personnelle d'aborder les problèmes, basée principalement sur l'intuition et une pratique bien à lui (autodidactie). Le dernier exemple en date remonte pas plus tard qu'à la semaine dernière lorsqu'une jeune stagiaire de mon entreprise m'exprima la chance que j'avais d'être doté d'un tel potentiel. A mon grand désespoir, si ce merveilleux potentiel était réellement une chance, je pense qu'il y aurait beaucoup moins de surdoués malheureux me racontant leurs misères du quotidien parmi mes proches connaissances et les centaines de personnalités atypiques au Q.I singulier que j'ai eu l'occasion de rencontrer. Patrick m'a sollicité pour me soumettre une mission à laquelle je ne peux être insensible en qualité d'adulte à haut potentiel ayant connu les déboires de la précocité dans mes jeunes années et poursuivant, non sans peines, ma longue marche d'adulte pas tout à fait comme les autres : Promouvoir son roman.

Patrick MISSE a peur du "flop" et je le comprends car son bébé mesurant 14,8 x 21 cm d'un poids de 770 grammes est une oeuvre autant audacieuse qu'originale. Heureusement, il est entouré de partenaires et d'esprits sains qui sauront, j'en suis sûr, le conduire vers un succès de son manuscrit. Il s'agit bien d'audace, de fougue et d'originalité mal comprises dans la façon d'aborder la vie des surdoués (enfants comme adultes) qui est bien souvent la cible de bien des critiques adressées en leur direction ou bien de la plus correcte des indifférences consistant à bouder leurs productions de l'esprit. Dans l'un comme dans l'autre des dénouements, l'hypersensibilité des surdoués constamment en éveil aura très vite fait de détecter les non-dits, ce qui peut dans un grand nombre de cas s'exprimer par une réelle douleur psychologique. Le moule de la reproduction (opposé à celui de la créativité d'esprits brillants) est si confortable que l'on souhaite y soumettre tout le monde. Oh poids d'un conformiste écrasant, la minorité n'a qu'à se taire ! 
Et justement ? Pourquoi faire comme les autres ? C'est d'un ennui terrible !!


Les Parias d'Aubenas - "Collégiens surdoués"...Pour l'instant, à part quelques points presse encore timides, seul le bouche à oreille annonce sa naissance et j'ai souhaité pour la fin de ce billet laisser la totale expression à Patrick concernant le fruit de son écriture :

Bonjour

Je ne sais si ce livre, « Les Parias d’Aubenas », peut vous toucher, vous ou une de vos relations. J’ai besoin de votre aide pour diffuser cette information : un premier roman ayant pour héros des enfants dit « surdoués » ou « précoces » vient de paraître. Notre espoir est qu’il vous permette non seulement de découvrir une fiction passionnante où se mêlent  émotions, amour et humour, mais aussi de connaître ces enfants différents, souvent en souffrances, grâce à leurs témoignages poignants; de montrer comment ils peuvent s’épanouir, de les Aimer.

Retrouvez l’auteur et le catalogue de l’Edition de la Mouette sur :www.editiondelamouette.com
9 782917 250594
ISBN

Le livre est disponible en librairie et sur Lulu.com. Il sera référencé sur google dans 8 semaines.

REMERCIEMENTS

Ce livre a une âme et je voudrais vous en présenter les acteurs : Pendant un an, j’ai posté la première version du roman, au rythme d’un chapitre environ par mois sur EPIDAURE, un site d’élèves de Francis Stumbauer (ancien Directeur, initiateur et enseignant du CYCLE EIP - enfants intellectuellement précoces - au collège de l’Immaculée Conception d’Aubenas). Les collégiens, en particulier Julien, Mata’i, Mélissa, Samuel et Sébastien, sans oublier Aloÿs, Arthur, Claire, Christophe, Elliot, Hugo, Pierre, Thomas, Tommy, Yann ; leurs parents : Florence, Généreuse, Hélène, Marie Hélène ont lu, commenté, témoigné. Nous avons vécu une année magnifique d’échanges. Ces témoignages poignants constituent l’essence même du livre. Ils expriment l’espoir, grâce à ce roman, de révéler aux familles, aux enseignants, à tous ceux qui ne les comprennent pas, ces enfants différents, pour qu’enfin, ils soient aidés et Aimés.

Le manuscrit a été ensuite lu pendant plusieurs mois par plusieurs groupes de lecteurs non concernés par la précocité, entre autres : celui de Jean-Luc à Dunkerque, de Joëlle en Guadeloupe, de Francis à Lyon.

Les frères maristes Léonce Fabregoules et Frère René, tant aimés des élèves, ont apporté leur contribution.

Madame Sophie Côte a accepté de lire le roman d’un inconnu et son expérience a été précieuse. (Principale honoraire du Collège Public du Cèdre au Vésinet, Présidente d’honneur et fondatrice de l’Association Française pour les Enfants Précoces (AFEP). J’ai collecté tous leurs avis et j’ai écrit ensuite plusieurs nouvelles versions. Francis Stumbauer a partagé son expérience unique, sa passion d’enseigner, et a raconté avec talent une foule d’anecdotes peu connues et souvent humoristiques.

Pierre Lasne, Editeur de la dynamique maison d’Edition de la Mouette a accepté avec enthousiasme le manuscrit. Son engagement total et son professionnalisme ont été capitaux. Merci aussi à madame Lasne.
Nous avons vécu ensuite deux autres moments de joie intense :

Sophie Côte a accepté d’écrire la préface. J’ai été ému, car je l’admire pour son dévouement sans relâche depuis des années en faveur de la reconnaissance de la précocité. Ses livres m’ont fait découvrir mon fils.

PIEM s’est engagé, du tac au tac, à nos côtés. Son talent exceptionnel et son Humanisme m’éblouissent depuis des années.

Merci à vous tous qui êtes l’âme de ce livre.

Je voudrais remercier aussi tous les enseignants, administrateurs et personnels de l’Immaculée Conception d’Aubenas qui se dévouent pour nos enfants et en particulier le Directeur actuel, Monsieur Dominique Cros.
Je remercie les indispensables associations : l’AFEPl’ANPEIP et l’ASEP, entre autres, ainsi que me Jeanne Siaud Facchin.
Ensemble, nous espérons bâtir, pierre après pierre, la maison où chaque enfant, quel qu’il soit, pourra grandir dans la joie.

Patrick Misse (Juin 2012)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci pour cette initiative! Mais... où est-il possible de lire un extrait?
C. Mendoza
Bibliothécaire à Genève

Messages les plus consultés