Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

mardi 9 octobre 2012

Brève pensée d'un matin : La perversité narcissique, la dépendance amoureuse et l'ingratitude - On ne comprend pas toujours !

Trois sujets/mots me viennent à l'esprit ce matin : La perversité narcissique, la dépendance amoureuse et l'ingratitude. Dans le premier cas, il s'agit d'une forme de perversion dans laquelle le sujet est une sorte de prédateur substituant le besoin d'être obéi au désir d'être aimé, et qui, pour l'obtenir, pourrait aller jusqu'à détruire l'identité de sa proie par la manipulation mentale ou le harcèlement moral. Ce type de perversion concerne un nombre considérable de victimes parmi les individus précoces/hpi/hpe/surdoués. Cette perversion n'est pas à confondre avec la dépendance amoureuse qui concerne également un nombre important de cette population et qui représente justement l'une des failles du système de valeurs d'un individu de ce type dont tout pervers narcissique se plaît à exploiter. Au contraire de la perversion narcissique, la dépendance amoureuse est une simple exacerbation du désir d'être aimé (ce qui n'a rien à voir avec la PN).

Ainsi ais-je pu constater que bien que deux surdoués aient de nombreuses cartes en main pour s'entendre et construire un avenir en commun, il existe le danger que l'un des membres du duo ou les deux en viennent à confondre dans leurs moments de faiblesses, d'introversions, de recherche de stabilisation, la perversité narcissique et la dépendance amoureuse chez un propre membre de sa communauté au fonctionnement intellectuel pourtant identique. Cela découle du fait qu'il existe dans cette population une cohabitation tout à fait paradoxale entre un fou désir d'être aimé (idéalisme) et l'incontournable nécessité malgré ce désir exacerbé de recherche d'amour chez l'autre, de vouloir conserver l'intégralité du contrôle de ses sentiments (intellectualisation). Se faisant, on peut s'en demander presque si la fameuse phrase "Les opposés s'attirent" ne possède finalement pas un sens.

Nul n'est plus blessant pour un hpi d'engager des marches de missionnaire avec pour seule volonté de chercher à "sauver" l'autre, à "sauver" le monde, à vider les gens de leurs démons intérieurs en lui promulguant les bons conseils comme une mère auprès de son enfant malade et d'en recevoir finalement pour unique résultat, l'ingratitude (soeur de l’égoïsme). Le désolement intérieur en est souvent terrible pour les hpi à l'empathie extrême d'avoir voulu le bien de l'individu et d'être finalement épinglés par le/la destinataire de leurs marques d'attention, de la même étiquette de ceux qu'ils s'étaient jurés pourtant de combattre fermement (les hypocrites, les pervers narcissiques, les profiteurs...). Etre hpi et finir avec l'étiquette de pervers dans le dos, quel paradoxe caustique ! Le destin de l'hpi est ainsi ponctué, d'être capable de comprendre mieux que quiconque son prochain, tout en étant malgré tout copieusement qualifié d'insensible et de pollution parmi le monde des vivants. Il devra continuellement apprendre à composer avec la pente glissante de l'existence pour tenter au mieux d'atteindre la simplicité tout en étant indiscutablement extrêmement compliqué...

Il m'arrive moi-même d'avoir parfois du mal à me comprendre. Etre hpi, c'est être garanti de cogiter longtemps, trop souvent...

Perversité narcissique, dépendance amoureuse et ingratitude, le cocktail absolument explosif d'une trinité à la composition bien plus complexe qu'on ne pourrait le croire. Deux hpi/surdoués pourtant en parfaite longueur d'onde pour réussir une vie commune peuvent parvenir à leur auto-destruction ? Il y a à cela rien d'étonnant car Cupidon s’accommode mal aux seuls extrêmes du tout ou rien. Le hpi et ses montagnes russes, un duo inséparable ! Quelle vie tourmentée !

2 commentaires:

esmey a dit…

C'est normal l'ingratitude car :
1 ) il y a les irrécupérables en amour ... qu'une fois à peine sauvé recoulent et vous font couler ( temps que la personne devienne mature )
2 ) après avoir "tenté" de sauver une fois, on doit se dire "plus jamais ça" ... et donc éviter les "addic" aux substances x ou y et au sexe.
3 ) l'idéal : 2 en train de couler qui se rencontre, le corps "en repli" sort son artillerie d'empathie pour "gentillesse"... et là les 2 découvrent qu'ils sont dans le même "bain".

Je ne suis pas hpi, je tiens à le préciser.

Isabel a dit…

Bonjour,

HPE dyslexique j'ai été harcelée moralement 39 ans par une mère PN de haut vol, quand j'ai découvert le poteau rose j ai coupé les ponts malheureusement, le vampire est monté d un cran dans sa perversité ; à travers mon fils de 11 ans qu elle a vampirise et qu elle manipule , elle continue à faire de ma vie un enfer et ne cesse de être intrusive à distance ,
Et à nouveau elle m oblige à mettre mon énergie ou je ne veux pas ( ma défense plutôt que la construction de ma nouvelle vie : sans elle : dans le respect et l amour de moi même )

Si la sur douance est génétique ; la probabilité est grande que le PN soit un HP refoulé
Le complexe du sauveur je l'ai abandonné en cour de therapie

Mais comment se protéger de ce criminel qui ne se sali pas les mains et tente toujours et encore de vous faire porter sa terrible souffrance du à cette faille narcissique béante?

Messages les plus consultés