Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 35 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

mardi 30 octobre 2012

Six profils de l'enfant surdoué

Ce jour, un article est sorti sur Swissinfo.ch : "Trop intelligent pour être compris?". Paradoxalement, on parle désormais bien davantage dans la presse des différents profils des adultes surdoués mais beaucoup moins de ceux des différents enfants très doués qu'un(e) psychologue peut rencontrer. Pourtant, six profils se détachent pour les enfants au Q.I supérieur à 125 selon Betts G.T. & Neihart M. (1988): “Profiles of the Gifted and Talented” :

1. L’élève qui réussit : enfant modèle et ambitieux, qui s’ennuie en classe, mais ne le montre pas. Il a de la peine à s’affirmer et cherche constamment la reconnaissance, qu’il trouve chez les adultes et ses camarades.

2. Le provocateur : très créatif, il s’ennuie en classe et le montre. Constamment sur sa défensive, il peut manquer de tact et défier les enseignants.

3. L’invisible : manque d’assurance, refuse d’admettre ses dons et subit souvent la pression de ses pairs.

4. L’élève à risque : fâché contre tous, frustré, irrégulier et s’isole volontairement et est mis à l’écart.

5. Doublement exceptionnel : perturbé, soit par des troubles d’apprentissage, soit par un handicap physique ou émotionnel. Son estime de soi est faible et il est hypersensible et anxieux, considéré comme «bizarre».

6. L’autonome : enthousiaste et sûr de lui, il accepte l’échec, travaille de façon indépendante et sait exprimer ses sentiments. Il influence les autres de manière positive.

Bien entendu, pour faire simple, je fus un enfant appartenant à la cinquième catégorie, doublement exceptionnel, considéré comme "bizarre" car combinant très haute intelligence et troubles d'apprentissage et accessoirement de la quatrième catégorie, fâché contre tous et très irrégulier, s'isolant volontairement, lorsqu'il me fallut réintégrer l'enseignement normal à 14 ans et demi, après deux ans de déscolarisation suite à une agression sévère dans un collège. Il y a des moments de la vie qui ne s'oublient pas car mon intelligence atypique n'a pas toujours été vécue comme un cadeau !

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés