Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 33 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

mardi 4 mars 2014

Protestantisme, jungisme et existentialisme : Au carrefour de mes convictions

Jean CALVIN (1509-1564)
Ma passion pour la photo est bien souvent la racine de recherches, d'interrogations, de réflexions ultérieures, parfois suivies d'un émerveillement. Je dois mon intérêt au protestantisme a un reportage photographique en l'église américaine réformée de Château-Thierry (prévu dans la future mise à jour de mon portail internet) dont la principale particularité est d'être décorée de vitraux représentant neuf réformateurs charismatiques de l'église protestante. Il ne m'en aura pas fallu davantage pour réveiller mon principal travers : Perdre encore davantage d'un temps précieux (déjà rare pour m'impliquer dans une mise à jour sur laquelle je suis déjà en retard) pour étudier le protestantisme (un courant religieux naissant au XVIème siècle avec lequel j'ai ressenti très jeune des affinités). Si on croise les pourcentages de six instituts de sondage, le pourcentage représenté par les protestants s'élève à seulement 2,5% de la population française, parmi un catholicisme très majoritaire d'environ 65% et au milieu d'au moins 30% de français se déclarant sans religion. Les partisans actifs de l'église réformée représentent une petite minorité de français.

Tandis que sans nul doute, la grande majorité de mes concitoyens de tous âges s'en moquent pas mal de savoir quelles sont leurs convictions propres (en ont-ils d'ailleurs ?), préférant se faire les gorges chaudes d'une actualité people de basse-fosse, dénigrer son prochain ou se faire tout simplement confisquer leur pouvoir de réflexion par le système nivelant nos capacités vers le bas, il m'aura fallu attendre l'âge tardif de 31 ans pour être en mesure d'apporter un début concret d'explication à mes convictions propres. Depuis 2011 (année de mon retour sur moi-même conduisant à la réintroduction de toutes mes singularités dans un vaste ensemble), lors de ma précédente grande éclosion intellectuelle, j'ai tantôt ré-exploré la volcanologie, la douance, l'histoire ancienne, la philosophie, les origines de l'homme, la politique, l'astronomie, etc. Aux détours de ce pèlerinage incroyable, j'y ais rencontré très justement l'une de mes plus grandes sources d'inspiration et d'élévation en la personne de Carl Gustav JUNG. En août 2013, le hasard, à ce terme trop galvaudé voire imprécis, je préfère encore bien davantage penser à la prédisposition, plusieurs symboles forts me conduisent à creuser le protestantisme car Jungien avant tout. A 31 ans, je pense pouvoir enfin définir la trinité motrice fondamentale de mes convictions les plus profondes, lipidement assumées, qui font de moi un homme qui pense, une personnalité à part entière à l'image du "Je pense donc je suis" de René Descartes : Le Protestantisme, le Jungisme et l'Existentialisme. Au carrefour de ces trois grands courants, je pense en être arrivé à la synthèse de mon cheminement de pensée personnel à suivre et à défendre. Avec la philosophie de la Nature comme courant arbitre, j'y trouve là toute la matière justificatrice de mes façons d'agir, sans honte ni sourcillement. Il convient dans une vie, un jour, le plus tôt possible sera toujours le mieux, de cesser de se chercher continuellement pour enfin se donner tout le loisir d'approfondir les idées fortes pour lesquelles nous sommes prêts à nous battre.

Je pensais, il y a encore quelque-temps que le Jungisme à lui tout seul suffisait pour synthétiser toute ma démarche personnelle teintée de religieux, de psychologie, d'humanisme, d'humilité, d'observation de manifestations métaphysiques mais en finalité, ma façon d'appréhender le monde se doit de faire appel à deux autres courants pour être embrassée dans sa totalité. La diagramme ci-dessous met en lumière ce que j'appelle d'une façon plutôt pompeuse, le Fiocretisme. Ce nom a été inventé initialement en 2012 par des collègues au sein de mon lieu de travail pour qualifier mon humour très particulier mais avec le temps, il a fini par désigner plus largement le carrefour entre les différents courants qui façonnent et guident ma pensée.


Il est de bon ton de parvenir à "graphier" ses idées pour mieux les utiliser car ce qui compte, ce n'est pas d'accumuler du savoir mais de bien l'appliquer dans son parcours spirituel quotidien. J'aurai l'occasion dans les mois et les années qui viennent tout le temps, posément, de détailler, d'étoffer, d'égratigner également au passage, chacun de mes blocs de pensée dans des faits plus concrets.
Le temps avance très vite, trop vite ; la vie est trop courte pour celui qui pense ou qui cherche sa pensée...

1 commentaire:

styleest a dit…

Après le Protestantisme, apprenez-donc la Kabbale et essayer de trouver la substantifique moëlle des mots :

FIOTTE
CRETIN

Bonne soirée ; il est temps que j'aille me coucher car demain, moi, je bosse !

Eliane, toujours sans rancune car on ne tire pas sur une ambulance.

Messages les plus consultés