Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 35 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

mercredi 14 mai 2014

Le film Divergente : Transposition du comportement du surdoué/syndrome d'Asperger au cinéma


Vendredi 9 mai 2014 dernier au soir, je me suis rendu au cinéma pour découvrir le nouveau film de science-fiction réalisé par Neil Burger, adaptation cinématographique de la série littéraire de Veronica Roth débutée en 2011 avec Divergent. Ce film raconte la vie de Béatrice, une jeune fille de 16 ans dans un Chicago post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions dans laquelle celle-ci est appelée à devoir choisir son camp entre les Sincères (les honnêtes), les Érudits (les intelligents), les Fraternels (les pacifistes), les Audacieux (les courageux) et les Altruistes (les désintéressés). Derrière ses faux airs de film pour grands enfants et adolescents avec ses longues scènes d'action et ses effets spéciaux, il s'agit véritablement d'une oeuvre profonde. 
On dénombre dans ce film, un certain nombre de détails laissant apparaître en filigrane le fonctionnement sélectif de notre société et à fortiori le haut potentiel intellectuel dans les héros dits "divergents" :

- Le fait tout d'abord de vouloir cataloguer à tout prix une société en factions, un peu à la manière de nos cursus scolaires lorsque bien souvent vers l'âge de seize ans se dessine peu à peu notre orientation professionnelle, à la suite d'épreuves de sélection. A l'identique image de ces factions, lorsque vous avez choisi votre destin (littéraire, mathématique, manuel,...), vous ne pouvez en changer. Ce type de classement convient parfaitement à un "neurotypique" qui saura, dès lors son orientation choisie, se plier rigoureusement aux ordres et à la formation comme des moutons, sans discuter les ordres et les structures. 

- Le "divergent", à l'identique de l'individu à haut potentiel, à l'identique de l'héroïne Béatrice qui se fait renommer Triss en arrivant dans sa faction des Audacieux, est incontrôlable car il va se faire trublion, indépendant, n'hésitant pas à se rebeller contre sa hiérarchie (contre le leader de la faction dans le film) en discutant jusqu'aux ordres et perceptions des actions à envisager.

- Le propos de la mère de Béatrice (Triss) : "Les divergents sont traqués car ils font peurs car ils sont incontrôlables, rebelles, du fait qu'ils soient capables de penser de mille et une façons différentes." A quoi d'autre pourrait vous faire penser ce propos, à part y voir tout à fait l'ombre d'un surdoué avec sa pensée divergente en arborescence ?

- Après avoir passé le test sous produit hallucinatoire, il s'avère que cas rarissime, celui-ci n'est pas concluant car elle présente notamment des aptitudes élevées envers trois des cinq factions (Érudits, Audacieux et Altruistes). Elle découvre alors qu'elle est dite "divergente" et qu'elle doit à tout prix le cacher. Le chiffre délivré par la passatrice du test retient l'attention : "Le test réussit à 98% de la population mais il arrive que dans des cas rarissimes, il ne soit pas assez affirmatif sur certains sujets". Les surdoués représentent 5% de la population en prenant 125 comme QI référence en France, seulement 2,3% en prenant 130 dans la norme internationale, seulement 2% selon MENSA (communauté d'origine américaine comme le réalisateur du film). Tiens donc comme c'est bizarre...100-98, ne font-ils pas 2% ?

- La transmission par hérédité de la divergence de mère en fille (Aujourd'hui, on sait que le haut potentiel intellectuel est très souvent héréditaire).

- La tendance à la sous-estimation au début du film des capacités de Béatrice (Triss) à intégrer la faction au moment des entraînements, au point qu'elle est invitée un moment par le leader de la faction à "dégager" à cause de ces échecs continuels. Or, elle se révèle peu à peu la meilleure tandis que les difficultés et les peurs augmentent, fidèlement à ce que l'on peut observer d'un surdoué/haut potentiel : Quand les choses réellement compliquées se présentent, il est souvent le seul à en trouver la solution pour les dépasser, à l'image du succès très brillant de Triss au second niveau d'entraînement consistant à aller chercher un drapeau en haut d'un phare alors qu'au stade du premier niveau, elle se révélait faible.

- La nécessité à tout prix de s'adapter au monde des "neurotypiques" pour réussir des examens afin de s'insérer dans la société. On retrouve cette projection dans le film lorsque "quatre" forme Béatrice (Triss) à réagir et à passer les tests de fonctionnement cérébral comme un "ambitieux ordinaire" afin de réussir l'épreuve finale de manière à ne pas être démasquée. Il s'agit sans nul doute de la projection la plus pertinente du haut potentiel dans ce film car au moins ⅔ des surdoués en France n'obtiennent pas de diplômes à cause de leur intelligence atypique s'adaptant si difficilement à ce que l'on attend d'eux au moment de les tester. Poussés par le poids du "normalisme", les surdoués trouvent bien souvent en eux la possibilité de s'en sortir en épousant un faux-self (la Persona de Jung), le temps seulement de se cacher au milieu d'une majorité d'autres, considérés comme la définition d'une sainte-norme regroupant 98% de leurs semblables.

Après cette petite liste non exhaustive de rapprochements troublants, il n'est plus question de douter : Les divergents sont la transposition cinématographique neurologique des hauts potentiels intellectuels mais aussi, je le crois des individus atteints du syndrome d'Asperger dans sa forme "autistes de haut niveau".

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Ouf, enfin une analyse un peu poussée de ce film au premier abord quelconque !
Oui, ça semble être un film bébête pour ado en quête d'identité, mais pas seulement. Le parallèle avec la (ma) surdouance / pensée en arborescence saute aux yeux, en effet .. Ça fait bien 15min que je chertchais une VRAIE analyse de fond de ce film. Merci je me sens moins seul ! (oui, c'est pas un super film, faut pas pousser, mais qui mérite de gratter un peu le verni comme vous l'avez fait)

Anonyme a dit…

En faisant une recherche sur l'auteur du livre il est assez facile de découvrir qu'elle est une surdouée qui a travaillé sur la Douance, il n'y a aucun doute sur le fait que les divergents soient des surdouée.
Ce qui est surprenant c'est qu'aucun critique de film ne parle de cela.

Votre article montre bien cette l'analogie, ce qui me gêne plus c'est quand vous traitez les neuro normaux de moutons, aucune étude sociologique ne permets de dire que seul les surdouée sont rebelles.

Un zèbre
.

Mamzelle Bulle a dit…

Je n'avais jamais envisagé le film sous cet angle. L'anormalité, oui, le surdon, pas forcément. Cela dit, en ce qui me concerne, ça n'en reste pas moins un très mauvais film qui aurait pu être excellent!

Denys JORGE a dit…

En plein dans le mille! Je trouve que le terme "divergent" est précisément mieux approprié à la réalité intellectuelle et émotionnelle des "surdoués". Les psychanalystes prétendent que le terme "surdoué" correspond à l'état clinique de la douance. Certes, mais que font-ils des préjugés impliqués par ce terme perçu comme une forme d'intellectualisation par la norme? Si je m'interdis d'être catégorisé surdoué, HPI ou zèbre, j'accepte le terme divergence, qui ne présente aucune ambigüité

Sidonie Mehenni a dit…

Moi aussi "divergente", ça me va bien :). Et je crois qu'en effet l'analogie avec les Surdoués, tout au long du film, ne fait aucun doute et je pense qu'à ce jour, ce sont en effet les personnes les plus dérangeante pour le 1984/Brazil/Galactica et autres dictature sous apparente hypocrite protection de l'humain, dans lequel nous en engageons a grand pas :/..
Une autre Divergente ;)
Sidonie.

ANA a dit…

Ton analyse est fort intéressante, le côté surdoué hors catégorie que l'on force à se conformer à une etc je l'avais bel et bien perçu. Néanmoins je reste réservée quant au lien avec le fait qu'elle soit asperger, surdouée oui, asperger non car elle n'a aucune difficulté au niveau social, elle interagit aisément avec ses camarades et se fait rapidement des amis.
Je t'invite aussi à lire les livres ils ne sont pas très longs et permettent de comprendre certaines petites subtilités que l'on ne voit pas dans le film.
Bien à toi :-)

Anonyme a dit…

bonsoir
ma soeur m'avait parlé de ce film il y a un an, mais comme je ne suis pas très blockbuster et que tous les films futuristes me dépriment voire me font broyer du noir- je n'avais pas suivi son conseil.
Son conseil de petite soeur, c'était que peut-être je me reconnaîtrais dans ce film (je lui confiais mes errances multiples, mon sentiment de n'appartenir à aucun groupe, de ne pas trouver ma place, ni une carrière satisfaisante).
Hier soir, désir de film: je tente par curiosité de découvrir Divergente (le n°1). Dès les 1ères secondes, ça fait tilt! oui c'est ça je suis divergente. Pas juste intellectuelle (comme ds le film els "rationnels", mais bcp d'émotion et d'empathie, gentille certes mais qui questionne tout le temps le sens, les situations (je ne dis même pas remet en question!) et l'autorité indirectement: pourquoi faire comme ça? à quoi ça sert. et ça ne serait pas mieux comme ça? Et bien même dans la vie réelle ça m'a valu de nbx échecs, conflits avec la hiérarchie, juste le fait de réfléchir et de ne pas valider tout et n'importe quoi, ça mettait et ça met encore aujourd'hui mal à l'aise mes semblables (surtout au travail car je ne suis pas à ma place en ce moment)
trop différente, esprit trop indépendant, incomprise, j'ai passé des années à me cacher p éviter de susciter la jalousie de mes semblables face à mes facilités de raisonnement, d'analyse, d'expression, d'apprentissage . J'ai passé 3 ans à travailler dans une administration à tout faire pour paraître bête et plus "normale". Echec total, c'était pire. Appelée régulièrement extra-terrestre, moquée par mes collègues, famille, amis, voisins, inconnus, ma trop grande sensibilité et ma trop grande intuition me font voir des liens là où les autres ne voient rien: résultat ils méprisent souvent, étouffent même parfois mes paroles pour découvrir par mystère qq heures ou qq jours plus tard que ma "vision" était juste même si je n'arrivais pas à leur expliquer dans leur language. (je suis composite)
Bon le but c'est pas de me jeter des fleurs (même si je viens de me faire un gigantesque shoot d'égo là sous vos yeux de lecteur compréhensif- après tout, tellement d'années à croire que j'étais anormale, et qu'il fallait me guérir pour à la fin comprendre il y a juste 2 ans que toute cette souffrance, tous ces rejets venais de ça: la DIVERGENCE)
donc j'ai fait une recherche à l'instant sur le net divergente+ surdoués et je vous ai trouvés.
Je vous salue
et aussi je veux dire la ch suivante: je n'ai pas vu les films suivants, mais l'idée qui se dégage du 1er, c'est que l'uniformité paraît confortable mais elle est un fléau. Comme dans le film, les suiveurs qui trouvent normal les ordres, les règles de la société, les guerres, les injustices, les procédures (aïe! traumatisme administratif!) sont un danger pour l'humanité. Il faut de tout peut être pour faire un monde, mais il faut surtout de l'imagination, de l'audace, de la bonté, des rêves.
Se contenter de recopier, répéter comme des automates sous drogue qui suivent un programme tracé (école, travail, mariage, voiture, crédit, soldes, "oh te prend pas la tête" "oh je m'en fous" etc des vulgarités spirituelles quotidiennes) et bien NON.
DIVERGENTS vous pouvez le faire! vous pouvez apporter du rêve, du rire, des idées, des plus, des trop, des à la folie.
bises zébrées ou à poix.
Elli

Messages les plus consultés