Auteur du blog

Ma photo
Sans doute venez-vous de débarquer sur mon blog en suivant la piste de la douance, de la psychologie ou d'un tout autre sujet débattu ici, le temps d'un billet. Je suis un adulte à haut potentiel intellectuel/surdoué de 35 ans, diagnostiqué à 12 ans alors que je traversais les périodes les plus sombres de la genèse de mon existence sur terre. Aujourd'hui, je m'épanoui à la lumière de mes passions les plus dévorantes telles que l'astronomie, la photographie, les volcans, la psychologie analytique ou encore les bovins. N'hésitez pas à interagir avec moi sur certains de mes billets en y déposant vos propres commentaires. Même en l'absence de réaction de ma part, ceux-ci présentent toujours l'intérêt d'apporter des compléments d'information mais aussi de me donner matière à réfléchir personnellement...

vendredi 22 août 2014

A l'écoute de l'enfant intérieur ou comment éviter les faux choix

Actuellement, ma séparation d'avec ma dernière compagne avec laquelle j'étais en couple depuis presque deux ans, avec laquelle j'avais pourtant pas mal d'atouts pour la durabilité ainsi que de grands espoirs de réussite, m'ont poussé à un retour très concret à mes cours et ouvrages de psychologie des profondeurs Jungienne. Rien de mieux qu'un nouveau billet sur mon blog pour dégrossir ce que j'ai pu tirer comme conclusions depuis "mes découvertes" en cette période de deuil relationnel propice à la méditation profonde.

N'avez-vous jamais entendu parler de l'enfant intérieur ? J'ai la certitude aujourd'hui après l'approche que j'ai pu en faire qu'il s'agit indiscutablement de la porte d'entrée fondamentale en psychologie analytique Jungienne pour comprendre le fonctionnement cognitif de l'être humain dans ses différents niveaux de conscience appréciable : Le moi, le conscient, l'inconscient personnel puis enfin, l'inconscient collectif. Cette certitude s'impose du fait que notre société européenne qui se déclare "moderne" est en final une société psychologiquement oppressante dans laquelle on ne peut que tomber malade. Quand un adulte tombe malade (notamment la dépression), on ne sait la plupart du temps qu'effectuer un traitement préventif sur les manifestations physiques de son mal-être par l'emploi de la chimie mais on ne va pas chercher la solution du côté des véritables causes issues de l'intérieur.

Concrétement, si tout individu sur la terre recevait dès sa plus tendre enfance une instruction digne de qualité sur son fonctionnement psychologique fondamental au lieu de se faire remplir la tête de pleins d'apprentissages visant à promouvoir en premier lieu l'esprit de compétition sur l'autre, la vie en société serait meilleure car mieux se connaître pour pouvoir moins s'ignorer, c'est de surcroit être capable de comprendre l'autre pour pouvoir mieux l'accompagner quand il chavire. A partir de ces fondements, il devient possible de bâtir une société solidaire et non celles de rats qui finissent par se manger entre eux. Si tout individu sur la terre se connaissait bien davantage, il écouterait bien plus attentivement son enfant intérieur et cela lui éviterait d'effectuer de faux choix (à ne pas confondre avec les mauvais choix) qui s'avèrent bien souvent également malheureusement de mauvais choix pour lui, pouvant engager toute sa vie. A l'école, nous visualisons beaucoup de matières mais il nous en manque toujours une et indiscutablement la meilleure : L'éducation spirituelle.

Cette éducation spirituelle, je suis contraint par les épreuves de la vie de me l'enseigner par moi-même. Sans orgueil, par simple reconnaissance pour mon créateur, il serait effectivement fort regrettable de ne pas y parvenir, si ce n'est qu'un peu, compte-tenu du précieux potentiel dont il m'a doté à la naissance telle une bénédiction. Je me sentirai même terriblement honteux de ne pas mettre à profit ces dons. Quand on a la chance de pouvoir ouvrir et comprendre des livres complexes sans professeur lorsque la curiosité n'est pas malade, on devient critiquable et naturellement condamnable de laisser ces belles capacités végéter alors qu'elles pourraient représenter une belle occasion de s'élever pour être réellement meilleur sur les autres (sans rapport aucun avec la compétitivité avec laquelle on nous façonne pour le coup pour écraser les autres de notre potentiel !).

Notre destin est grossièrement modelé avant l'âge de six ans par le poids écrasant d'un système de valeurs très limitantes.
Nous sommes tous façonnés par nos parents et nos éducateurs eux-mêmes souffrants d'un déficit certain dans les domaines relationnel et psychologique. Partir à l'écoute de son enfant intérieur, c'est faire tomber bien des murailles virtuelles pour enfin retrouver sa vraie personnalité interne primitive dénuée des doutes, des croyances ainsi que des peurs accumulées dans le cadre de valeurs de sa propre famille ; Autant de références et de perceptions erronnées de soi, de l'autre et du monde conduisant à l'irréalisation d'une véritable individualisation, explication logique après coup des frustrations observables dans notre société moderne (moderne uniquement de nom !). Irrémédiablement, si on ne parvient pas à s'extraire de ses valises historiques nous collant à la peau, on reproduira les échecs des générations passées avec toute la frustration et les risques de maladie pouvant en découler. On parle de faux choix car si on reste limité au modelage de nos parents et éducateurs dans les options choisies, ce ne sont finalement pas de vrais choix ; on ne peut pas vivre heureux s'il s'agit, même inconsciemment, de choix subis et non désirés. Les vrais choix sont ceux qui sont en accord avec notre "vrai moi" de l'enfant intérieur parlant en nous que l'on écoute hélas si peu.

Et là, j'en viens justement au coeur du sujet : Ne pas parvenir à concrétiser son individualisation conduit à effectuer des faux choix venant perturber bien souvent notre choix sur notre partenaire de vie car on va chercher plus ou moins inconsciemment à reproduire avec sa/son compagne/compagnon des situations du passé (bonnes ou mauvaises) et cela peut ainsi conduire au mauvais choix...Pour soi. Selon le vécu, deux situations se présentent : Soit on choisi un partenaire fidèle au moule familial ou bien, on choisi radicalement un partenaire totalement à l'opposé de ce moule. Quoiqu'il en soit, on ne vit alors jamais dans le présent et jamais en accord avec sa vraie personnalité et c'est ainsi la meilleure façon de gâcher sa vie.

Toutefois, interroger son enfant intérieur dans une relation sentimentale, dans le choix de ses amis et l'éclairage apporté par le processus d'individualisation ne s'arrêtent pas à ces considérations. Jung a étudié toutes les sciences humaines et notamment l'astrologie. On se moque souvent bien volontiers de cette science et pourtant Jung, scientifique de génie en aura validé la plupart des concepts. Pour Jung, Dieu est le symbole des symboles et pour Georges Lucas, créateur cinématographique génial, Dieu est une force évidente. Pour beaucoup de spectateurs, Star Wars n'est qu'une fantaisie cinématographique tout à fait réussie pour passer un bon moment ayant eu un succès incroyable. Néanmoins, comment expliquer le succès interplanétaire et trans-culturel de cette saga ? Tout simplement parce-que cette oeuvre majeure du cinéma vient nous toucher en plein coeur de notre inconscient collectif et tout particulièrement sur un système de valeurs se retrouvant implicitement dans toutes les cultures du monde (le bien, le mal et...la force !).
Star Wars est finalement bien plus qu'une fantaisie : C'est un film d'instruction relationnelle.


Le duel final entre Luke et son père (Dark Vador) dans l'épisode VI (Le retour du Jedi) est l'illustration la plus adaptée pour parler de l'enfant intérieur. L'écouter consiste à se décider enfin à s'imposer davantage, à imposer davantage ses propres aspirations personnelles, à accepter d'imposer sa vraie personnalité en devenant davantage confiant en soi, au lieu de devoir se cacher constamment derrière sa personna (masque en latin), c'est à dire un faux soi d'apparence que l'on appelle aussi faux-self. En cela, on pourra dire que le fait que Dark Vador porte un masque n'est certainement pas encore un hasard. Renouer avec son enfant intérieur équivaut par delà même à ne plus vouloir se plier sans défense comme une carpette face aux volontés incompatibles avec sa personnalité, d'une tierce personne. Bien clairement, le message de cet enfant se résume à cesser de s'éteindre devant des personnes voulant nous imposer des choses ne nous convenant pas. Infiniment peu de spectateurs, il convient de le dire, sont capables de décrypter toute la profondeur de la saga Star Wars et pourtant...Lorsque Dark Vador se décide enfin à soulever l'empereur qui fait souffrir son fils sous les décharges de ses éclairs de force pour le précipiter dans le vide, c'est tout simplement la manifestation parfaite du vrai soi, de l'enfant intérieur de Dark Vador (libéré du faux-self instauré par les manipulations de l'empereur) qui ressurgit tout d'un coup et celui-ci se décide alors d'agir tel un coup de fusil pour éliminer la source de ses confusions (l'empereur), jugeant juste et conforme à lui-même, la survie de son fils devenu un puissant Jedi. D'ailleurs, n'est-il pas vrai que dès la fin de l'épisode III jusqu'à la fin de l'épisode VI, Padmé agonisante et son fils Luke avaient l'intuition en eux qu'il "reste du bon en lui" avec la très nette sensation qu'il existait une très forte confusion de la force en lui. 

La force dans Star Wars, cette force comme l'indique bien justement Obi-Wan Kenobi à Luke dans l'épisode IV, "[...] une sorte de fluide créé par tout être vivant, une énergie qui nous entoure et nous pénètre, et qui maintient la galaxie en un tout unique." est en réalité tout sauf une fantaisie cinématographique pour faire rêver ses spectateurs mais la métaphore de cette force que nous avons tous naturellement en nous de pouvoir tout changer. Si nous savons écouter cette force qui vibre en nous, cela évite de faire de faux choix de vie et par dessus tout, de très mauvais choix absolument pas en rapport avec nous-mêmes. Pour éviter les faux choix, il convient de ne jamais perdre contact avec son enfant intérieur et donc de se fier continuellement uniquement à sa seule intuition. A ce titre, on peut noter de nombreuses phrases d'apprentissage d'Obi-Wan en direction de Luke en rappel à cet enfant intérieur : "Laisses toi guider seulement par ton intuition" ou bien encore "Luke, fais appel à la Force, suis ton instinct Luke, aie confiance en toi". La notion de côté obscur de la force n'échappe pas non plus à une interprétation intéressante. Le vieux sage Yoda indique à de nombreuses reprises le danger de la colère comme bien souvent l'une des erreurs conduisant tout droit au côté obscur (et à ne plus écouter alors son enfant intérieur) - N'est-ce pas vrai que le proverbe "La colère est mauvaise conseillère" est un précepte toujours à suivre ? La colère conduit à l'aveuglément et l'aveuglément à la souffrance. Yoda précise dans l'épisode V : "Un grand guerrier ? Personne par la guerre ne devient grand." et en ce sens, il convient de comprendre que la vraie grandeur est de savoir gagner par la sagesse, le calme et l'écoute de son enfant intérieur pour éviter de dévier de sa trajectoire par excès de confusion.

La compagne dont je viens de me séparer restera très certainement la relation la plus marquante de toute une vie car sans elle, je n'aurai pas obtenu les ingrédients de refléxion pour parvenir au nouveau degré de conscience atteint. Là encore, trop peu de personnes osent s'interroger sur leur vie, leurs relations et leurs échecs ; pourtant ce travail intérieur leur éviteraient tout d'abord la dépression mais surtout leur instruirait comment reprendre le dessus par le passage de l'état inconscient à l'état de conscience de la raison profonde de leur mal-être.
Comprendre la raison profonde d'une souffrance et d'une situation, c'est être guéri.

Pour en revenir au sujet crucial de l'astrologie, le thème synastrique et composite de ma relation avec mon ex-compagne sont indiscutablement à ce jour ceux que j'ai le mieux étudié. En reprenant mes notes, j'avais "découvert" en début 2013 la présence notable de son Soleil tombant dans ma maison XII en opposition à mon propre Soleil. A l'époque, ma relation n'était encore qu'à ses balbutiements et je n'avais pas assez de recul pour mesurer l'impact d'une telle figure. Le temps et l'expérience m'ont conduit à découvrir qu'il s'agissait là pourtant de l'écriture d'une véritable prophétie.
La maison XII appartient aux maisons cadentes (III, VI, IX, XII) signifiant un impact de l'autre personne se faisant à un niveau mental. Ma relation était alors d'emblée complétement basée sur l'apprentissage, le changement, le développement personnel ; une relation ayant quelque chose à m'enseigner. Selon la même source (http://freenrg.info/Astro/Texts/synastrie.htm), la maison XII étant la maison parlant des choses cachées, des épreuves, de l’isolement, solitude, ou dette karmique, etc ; Les planètes de l'autre qui tombent dans notre maison XII éveillent notre intérêt pour l'inconnu ou nous rendent plus ou moins confus. Elles peuvent faciliter notre développement spirituel, mais nous rendent souvent craintifs ou mal à l'aise (surtout avec des aspects non harmonieux avec mes propres planètes). Elles sont fréquemment en rapport avec les liens karmiques qui nous unissent à l'autre personne. Lorsque les planètes de l'un tombe dans la maison XII de l'autre, la douzième maison a le sentiment de devoir quelque chose à son partenaire. Il y a souvent une tendance à vouloir fuir une telle relation, mais les circonstances semblent obliger à faire preuve de dévouement, de générosité et de compassion envers cette personne. Si plusieurs planètes de l'autre tombent dans notre douzième maison (ce qui est mon cas avec mon ex-compagne), il peut se former une relation très subtile, voire télépathique.

D'autres recherches me conduiront finalement à déchiffrer la fameuse prophétie écrite dans la chute de son soleil dans ma maison XII : "Vous n’oublierez pas de sitôt la personne au Soleil dans votre douzième maison. En effet, si elle remplit bien son rôle, vous ressortirez transformé de la relation. Elle peut vous pousser à vous remettre en cause, pour que vous cessiez enfin de douter de vous (ou d’être trop sûr de vous, ce qui revient au même...). La façon dont se déroulera cette relation dépendra de votre propre évolution. Si vous ne vous connaissez pas encore très bien, si vous n’avez jamais entendu parler de votre enfant intérieur, si vous ne faites pas entièrement confiance à votre intuition, si votre vie ne correspond pas à votre (vraie) personnalité, cette relation - pour autant qu’elle soit vécue à fond - mènera inévitablement à votre remise en cause. Votre conscience peut être fameusement secouée. Vous pourriez bien être obligé de vous regarder dans le miroir pour vous demander comment continuer à partir de là. La réponse se trouve toujours en vous, jamais dans l’autre personne bien que vous pourriez en avoir l’impression au début de la relation. Une fois que vous aurez commencé à trouver vos réponses à l’intérieur de vous-même, la relation cessera probablement d’exister. Il n’y aura qu’une solution pour qu’elle redémarre (elle ne pourra plus continuer « comme avant ») : le/la partenaire doit, à son tour, se remettre en cause pour pouvoir se hisser à votre nouveau niveau de conscience. Elle pourrait suivre une thérapie, peut-être en suivant votre exemple. En cas de couple, il est fortement recommandé de faire un travail conjoint ! Si vous utilisez créativement cette relation, elle peut être le point de départ d’une importante évolution spirituelle pour chacun séparément, ou pour les deux personnes ensemble."

A la lecture de cette prophétie, on ne peut qu'être surpris de sa concordance parfaite avec le vécu de ma relation défunte. Depuis que j'ai commencé à trouver les réponses en moi en me rapprochant de mon enfant intérieur, ma relation a cessé brutalement d'exister car le fait de gravir un nouveau niveau de conscience, il est évident que les chemins se séparent bien vite car il convient de ne jamais sous-estimer les pouvoirs du monde karmique induisant bien fortement sur le mental. En somme, j'ai pu constater par moi-même que les sentiments pour ma dernière compagne demeurent presque intacts mais curieusement, la tête (mental) ne suit plus. Le mental est devenu force de répulsion. En prenant la porte de créativité, il apparaît inconstestable aujourd'hui que cette relation m'a conduit tout droit à une évolution spirituelle tellement bouleversante que ma conscience en fut effectivement fameusement secouée. Pour continuer à partir de là, je me suis entièrement remis à mon intuition et à ce à quoi j'aspire vraiment de la vie pour enclencher une vraie thérapie des profondeurs susceptible de me conduire vers l'homme nouveau : l'individualisation. Instauré par Jung, l'individualisation est un processus consistant pour un individu à s'approprier sa vie et à ne dépendre que de ce qui lui semble juste pour agir. Ce processus est nommé en philosophie « individualisme éthique ». Bien-sûr, le processus est bien plus complexe car il s'appuie sur bien d'autres concepts tels que l'Anima, l'Animus, etc. mais dans l'ensemble, le flux principal de réflexion est symbolisé par l'individualisation. Nous pourrions constater par delà même, pour faire un dernier clin d'oeil à l'oeuvre de Georges Lucas que l'ordre Jedi se réclamait d'une religion visant justement à travailler son individualisation afin d'éviter le pouvoir d'aveuglement de l'effet communautaire de manière à garder continuellement l' "action juste" en ligne de mire comme Obi-Wan savait si bien l'enseigner : "N'oublie pas, un Jedi doit sentir la Force filtrer à travers son esprit".

Dorénavant, l'esprit l'impide, le niveau de conscience réélevé par la prise de conscience des vrais besoins et de la vraie nature de mon enfant intérieur, j'avance davantage avec confiance dans ma vie et je ne puis que vous souhaiter d'atteindre le même niveau de réflexion bien affectueusement :
"Que la Force soit avec vous, à jamais, pour ne surtout jamais tomber malade.".

2 commentaires:

Mylène Gauthier a dit…

Je découvre grâce à un blogue ami. Intéressant lieu.

styleest a dit…

Bien sûr que votre relation sentimentale avec une femelle (normale) fut défunte ; n'ai-je pas écrit précédemment " heureuses sont les femmes qui ignorent votre existence même ; elles ne savent pas tout ce qu'elles y gagnent"

Vous seriez (je vais être allégorique) une sorte de chasse d'eau toujours en mouvement, on ne peut même pas dire que la cuvette des WC est pleine ou vide, ça coule toujours et sans cesse, et sans même que cela serve à quelque chose.

Bonne soirée tout de même (on ne tire pas sur une ambulance) !

Eliane

Messages les plus consultés